Menu Fermer

VICHY TOP

Aujourd’hui, je vous parle d’une collaboration que j’ai eu mi novembre avec NoutBox. Une expérience remplie de haut et de bas qui m’ont fait prendre conscience de beaucoup de choses dans le cadre professionnel et sur la nature des gens en général.

Comme vous le savez la mode occupe une partie importante de ma vie c’est ma grande passion, elle me rends vivante. Il n’y a pas si longtemps de cela que je me suis lancer dans la confection de 240 tops imprimés vichy. Les vichy top, en bref c’est :  

240 tops, 

117 mètres (à proximatif) de tissus, 

398 mètres (à proximatif) d’élastiques, 

240 étiquettes et carte de visite 

et un temps de travail inestimable (180 heures) et énormément de courage, tout cela pour 5 € par haut: soit aucune marge, aucun bénéfice en vu des charges à prendre en considérations : tissus, mercerie, électricité, machines, essence etc… 

C’est la première fois que je confectionne sur une grande échelle comme celle la  (pour moi en tout cas). Je ne vous cache pas que ce projet à été extrêmement difficile pour moi. J’ai toujours confectionner sur mesure, avec énormément de passion et beaucoup de joie, et sur ce projet je me suis perdue en tant que créatrice, et je me suis retrouvée pour la première fois de ma vie prisonnière et esclave de ma machine à coudre. 

L’Horreur du travail à la chaîne. 

Plus de week-end, plus de sortie, plus de photos, plus de plaisir, ni de passion. Coudre était devenu omniprésent dans mon esprit, le but était de finir le travail pour accomplir mon engagement. Nombreux d’entre vous me diront, « mais c’est super, c’est ta passion tu as confectionner tout le temps »Coudre oui c’est ma passion. Mais coudre 240 fois la même chose ce n’est plus de la passion mais cela deviens mécanique, on ne le fait plus pas passion mais par obligation, machinalement comme une usine. Vous me dirai, oui mais on ne fait pas toujours tout ce qu’on veut et par passion en plus. Oui. Je suis totalement d’accord avec vous, mais vous qui me suivez depuis un moment et vous me connaissais depuis le temps, je suis extrêmement passionné et mon travail, est l’essence même de ma vie. Je refuse catégoriquement, de faire les choses sans passion à compter de ce jour. Chaque pièce, chaque modèle est confectionné de mes propres mains, avec amour, détermination, et sorti tout droit de mon esprit. Me commander une pièce, une robe, c’est commander, et demander une partie de moi, une partie de mon âme !

Je me suis remise en question et rendu compte que dans le monde, il y a des jeunes femmes et des femmes, qui font ce que j’ai fait tout les jours de leurs vie sans aucun répis, pour même pas 50 euros le mois. On en a conscience , mais quand on le vit, et qu’on se met dans leur condition de travail, on voit les choses différemment. 

Beaucoup de personnes cherche à défendre leur entreprises, « leur bébé » . Mais c’est quoi une entreprise ? Un chiffre d’affaire, des taxes et des clients. Je ne cherche pas à vouloir défendre cela absolument même si c’est très important. Je ne suis pas une businesswoman dans un premier temps mais une artiste, une passionnée. Ceux sur quoi je veux me battre chaque jour, c’est pas mon chiffre d’affaire mais ma passion, l’amour que je porte à mon travail, à ma passion comme l’amour qu’une mère peut porter à son enfant. Je travail avec le coeur, et je ne cesserai jamais de le faire. 

« Je vous dirai que je n’ai jamais eu d’échec dans ma vie. Il n’y a pas d’échec, mais des leçons épouvantables » – Oprah Winfrey 

Ce projet était de base est née d’une « collaboration » ,  pour laquelle j’étais très enthousiaste au départ, et dans laquelle mais je souhaite me focalisé uniquement sur mon retour d’expérience pour un travail de cette empleure , car c’est une expérience qui m’as marquer, pas forcément pour les bonnes raisons, et qui m’a fait prendre conscience de beaucoup de chose dans le monde professionnel. Il est difficile d’être pris au sérieux lorsque l’on est jeune et que l’on se lance dans le grand bassin. Beaucoup personnes, essayeront de vous intimider et de vous pousser dans vos retranchement.Mais ne vous laissez pas faire, garder vos objectifs en tête et accrocher vous à vos rêves et armer vous de beaucoup de courage ! 

Comme le dit la belle et incroyable Oprah Winfrey : « transformer vos blessures en sagesses » .

Je ne retiendrai uniquement le positif de cette expérience très difficile et très cauchemardesque : j’ai appris à connaitre d’avantage sur la créatrice que j’ai envie de devenir, à voir ce que je ne veux pas pour mon parcours professionnel pour mieux construire ce que je veux, cela m’a donner la force d’aller plus loin dans mes projets d’avenir, et dans mes prochaines et futures créations. 

Avec beaucoup d’émotion et les larmes presqu’aux yeux que je tiens à dire un immense MERCI à toute les personnes qui m’ont soutenu dans ce véritable parcours du combattant : ma mère mon père,Isabelle, Pascal,Joseph et Karl. 

Un immense merci à mon partenaire dans la vie, mon #partenerInCrime, ainsi que mon amour, pour m’avoir soutenu sans relache à chaque étape difficile de ce projet et d’y avoir contribuer, car sans toi, rien de n’aurai été fait probablement. Merci de m’avoir encourager et de m’avoir aider à voir le positif là où je ne le voyais pas, et de m’avoir donner la force et le courage de m’imposer en tant que créatrice. Merci ! 

Et c’est avec beaucoup de soulagement que je tourne cette page difficile, afin de ma lancer sur de nouveau projets, plus fidèles à  mon image et à mes rêves ! Un grand merci à vous, derrière vos écrans, ou même de vive voix, qui me connaissent, qui connaissent mon travail, qui l’apprécient à sa juste valeur, merci à vous tous.

1 Comment

  1. La Arponneuse

    J’ai bien aimé ton article. C’est un bon retour d’expérience. On tire des enseignants de ses erreurs et c’est une bonne chose. j’espère que le problème se résoudra rapidement et que le fin mot de l’histoire sera connu pour apaiser les esprits et les tensions. Il aurait mieux valu ne pas étalé cela sur les réseaux sociaux mais, on ne peut pas tout contrôler. Il faut aussi se demander quelques choses : à qui profite le crime ? en terme de communication. je pense que si tu peux répondre à cette question tu auras une meilleure vision de la situation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *